Taquineries

Taquineries

“Tu es une telle allumeuse. Je devrais te pencher et te donner la fessée ici et maintenant.” Les mots grondaient dans ma tête de la même façon qu’ils roulaient sur ses lèvres quand il me les disait. La manière dont il a froncé son sourcil cicatriciel vers moi, et le demi-sourire. Il était un si mauvais patron. Mais je le voulais.

S’est-il caressé le menton en me disant ces mots ? Sa voix était bourrue, pleine de tentation. Nous avons toujours flirté dans les deux sens. Les menaces de fessée venaient plusieurs fois par semaine. Il n’était pas marié, pas de petite amie. On a passé plusieurs nuits à travailler tard, à travailler vraiment.

Ce soir allait être différent. Le garage était calme. Une fois de plus, nous avons travaillé tard. Ce matin, j’avais choisi de porter une chemise soyeuse, une veste courte et une jupe parfaite pour aller travailler. J’avais vu ses yeux me regarder quand j’étais passée devant son bureau, principalement vitré pour qu’il puisse observer le sol sans interférence.

Mack était parti nous chercher des plats à emporter il y a un quart d’heure et allait revenir d’un moment à l’autre. Pendant son absence, j’avais nettoyé son bureau et m’étais placée de telle sorte que la première chose qu’il verrait en entrant était mon cul nu dans sa fenêtre, penché en avant. J’avais besoin de cette fessée.

La porte a claqué, puis le verrou s’est enclenché. “Pipes, la nourriture est chaude. Chaud comme la braise.”

Je suis sûr qu’il y a eu un gloussement après sa petite blague avec mon nom, mais il a été perdu dans le rugissement qui me traversait la tête. Il était de retour. Est-ce qu’il aimerait voir mon cul nu ? Ma chatte exposée pour lui ? Je tremblais, impatiente et effrayée à la fois. J’avais rêvé de ça pendant des mois. Il n’y avait rien d’autre que ça, aucun plan, aucune pensée.

Mack est entré dans le bureau, son pantalon serré à l’entrejambe. Je pouvais dire qu’il aimait ce qu’il voyait, mais ça ne voudrait rien dire s’il n’en profitait pas. “Wow.” Il a posé la nourriture sur la table basse en face du canapé et s’est approché, puis a marché autour de moi. Mack m’a regardée sous tous les angles alors que j’étais étalée sur son bureau, les cheveux arrangés juste comme il faut, les cils abaissés avec soumission, et pourtant j’ai suivi ses mouvements autant que je le pouvais tant qu’il était dans mon champ de vision.

Le cœur battant, j’ai attendu. La pagaie en cuir était posée sur le bureau. J’avais délibérément fait des recherches et même testé plusieurs pagaies. Même si je préférais sa main nue sur ma chair chaude, je n’étais pas contre la sensation du cuir. “Vous aimez ce que vous voyez, Monsieur ?”

“Ça me plaît. Êtes-vous sûre que c’est ce que vous voulez ?” Il s’est penché sur moi, chuchotant à mon oreille. “Je ne suis pas sans cœur, Piper.” Son souffle était chaud sur mon cou, ses dents effleuraient la courbe extérieure de mon oreille.

Je l’avais surpris un soir, en train d’attacher une femme dans le garage. Suspendue en l’air. Fessée et taquinée, puis renvoyée chez elle. J’avais oublié mon téléphone et j’ai dû conduire tout le chemin du retour. La musique était si forte qu’il n’avait pas entendu le verrou se désengager ou la porte métallique s’ouvrir. Au début, j’étais jalouse, mais quand j’ai découvert qu’il n’y avait rien de plus entre eux, j’ai su que je voulais être à lui.

Vous aimez ce contenu ? Partagez le sur les réseaux sociaux.

Publications similaires

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Découvrir le sexshop en ligne

Cacher son sextoy
Cacher votre sextoys

Notre sélection des meilleurs jouets coquins pour vos plaisirs en solo, en couple ou en groupe.